Cliquer pour voir l'affiche

Cliquer pour voir l’affiche

Quelle grâce, quelle merveille de pouvoir vivre ensemble l’Évangile!
Le 6, 7 et 8 juin, nous sommes sortis sur le Parvis, sur l’avenue Mont-Royal, à la rencontre de citadins et de citadines. Nous voulions tout simplement être là, avec eux, dans la rue, croiser leur visage, leur être présent, découvrir leur beauté intérieure, rencontrer Dieu et laisser Dieu se dire à travers nous.

J’ai recueilli pour vous quelques témoignages qui vous parleront de la manifestation de notre Dieu :

“Cette année j’ai hélas été assez peu au Parvis mais ce que j’y ai vécu me laisse un très bon souvenir. En particulier le temps où le Choeur de Jérusalem jouait en haut de l’escalier du Sanctuaire. Ils ont fait cela depuis la fin de la messe vers 13h30 jusqu’à 18h : belle énergie. Et c’est comme si leur énergie était communicative: des jeunes … et des moins jeunes, des laïcs … et des frères et soeurs dansaient au son de leur musique. Et le responsable du choeur mettait beaucoup de lui-même pour maintenir le rythme. Cela a donné le témoignage d’une joie qui a été, je l’espère communicative pour tous ceux qui passaient par l’avenue Mont Royal à ce moment-là.” (fr. Alain)

Donner et recevoir gratuitement. Le parvis, quelle belle découverte! Tout a commencé par une invitation à assister à une réunion de la fraternité des jeunes. Au cours de cette rencontre, j`ai fait la connaissance de jeunes engagés qui n`avaient pas peur de partager leur foi. Après, j`ai eu le désir d`en faire plus en donnant mon nom pour les trois journées du parvis.
Ces trois journées du parvis ont été des journées de partage. J`ai pu faire la connaissance de ceux et celles qui viennent prier au sanctuaire tous les jours et faire connaître le sanctuaire aux gens.
Donner son temps, se donner, c`est ce que Dieu veut. Le don de soi, Jésus est l`exemple parfait. Il a tout donné pour nous. Il a été jusqu’à mourir sur une croix. Il a donné sa vie pour nous. C’est la plus belle preuve d`amour.

J`ai eu l’occasion de donner des verres d’eau durant les journées du parvis. J’ai remarqué que les gens ont perdu l’habitude de recevoir gratuitement. Nous vivons, dans une société, où tout a un prix. Dès l’enfance, on nous apprend à nous méfier des autres. Dieu veut qu’on donne et qu’on reçoive gratuitement. Donner son temps, prendre le temps de rendre service, donner un sourire, donner un verre d’eau à celui qui a soif, tout cela devrait être fait joyeusement tous les jours.
Tout ce qu’on donne, on le reçoit. N’ayez pas peur de donner. Vous êtes sur terre pour servir Dieu et servir le prochain. Tout ce que vous donnerez, vous le recevrez en retour.  (Nathalie)

Parvis 174Le parvis a été une belle occasion de rencontrer les gens dans un esprit de gratuité. Quelle chance incroyable de le vivre dans le souffle de la Pentecôte! l’Esprit nous a donné de témoigner de Dieu, chacun à sa manière. Joie!  (Sr Laura)

Un regard croisé furtivement…
Un verre d’eau offert et reçu…
Une conversation au pied de la fresque poétique…
Une question au passage : « Qu’est-ce que c’est que cette église? »…
Une rencontre au cœur à cœur… en pleine intimité… au cœur de la rue…
La joie d’être là… avec ce drôle de sentiment que tout est possible dans le cœur de Dieu…  (Pierre-Marie)

Participante pour une troisième année, le parvis 2014 a été pour moi:
– Une joie de faire goûter aux autres les merveilles de Dieu par notre présence, notre disponibilité et nos gestes (le verre d’eau, des petites paroles distribuées),
– Une joie de manifester ma foi chrétienne avec bonheur!  (Élodie)

Parvis 178Sous un ciel éclatant, encore habités par l’Esprit et animés par l’enthousiasme de la louange conduite la veille à la paroisse St-Esprit dans le cadre de la veillée de Pentecôte, le Chœur de Jérusalem s’est une fois de plus embrasé en ce dimanche 8 juin 2014 sur le Parvis. Cette fois, le chœur n’était pas seul mais bien inséré et intégré dans la grande communion de Jérusalem aux côtés des moines et moniales, des autres fraternités et bien entendu des fidèles du Sanctuaire Notre-Dame-du-Saint-Sacrement de Montréal. Même les difficultés techniques ne sont pas venues à bout de la joyeuse détermination de proclamer en musique, chants et danses les merveilles du Seigneur pour nous. C’était une expérience extraordinaire de voir toutes ces personnes se « lâcher » le temps d’une chanson, puis d’une autre, et encore une autre dans une joie débordante, venant du cœur et s’exprimant par le corps. C’est la première fois que nous voyions notre fidèle ami Serge danser avec autant d’entrain et d’énergie! Et quelle joie dans ses yeux ! Une dame nous témoignait aussi comment elle avait reçu durant cette mission que nous pourrions baptiser « éclat de joie », la guérison, une réconciliation avec son corps qu’elle avait rejeté suite à un abus vécu dans son enfance. Que le Seigneur est merveilleux ! Finalement, comme il est beau et doux pour des frères et sœurs de demeurer ensemble, puisque c’est là que le Seigneur descend sa bénédiction en abondance, la mission de 2 heures s’est transformée en une fête qui a duré 5h30, de 12h30 jusqu’à 18h ! Et nous n’étions toujours pas fatigués! La mission ne fait que commencer !  (Yannick)

Nous sommes choyés d’avoir de bons voisins spirituels et vivants comme vous. Ça fait changement de ces parvis ternes et nostalgiques.  (Charles-Olivier, Directeur général de la Société de développement de l’Avenue du Mont-Royal)

Une page de l’Évangile s’est vécue. Nous avons touché Dieu.
Claire

Parvis 2014 - © FMJ » Parvis 2014 - © FMJ

Voici ci-dessous un extrait de l’homélie de frère Antoine-Emmanuel lors de l’eucharistie du samedi 7 juin 2014 :
Pour retrouver l’homélie dans son intégralité, cliquez ici.

C’est cela que nous vivons sur le Parvis.
L’amour pour le Seigneur nous fait sortir de nous-mêmes
et nous fait témoins de la joie de Dieu.
C’était si clair, et si beau hier soir !

« Grâce à leur parole ils croiront en Moi » (Jn 17,20)
a dit Jésus au Père.
C’est cela le miracle de l’Église.

Nos paroles, nos pauvres paroles,
peuvent devenir une semence de foi très féconde
dans le cœur d’un homme ou d’une femme qui passe par là.

Si l’Esprit Saint nous anime,
nos paroles peuvent avoir l’efficacité d’une Parole de Dieu
pour rejoindre le profond des cœurs
et faire naître ou renaître la foi.

Cela n’a rien d’automatique,
et nécessite un climat d’écoute et de confiance
en moi et en l’autre,
ce qui n’est jamais immédiat.

Cela nécessite surtout l’intervention divine.
Toute parole se dit dans une langue.
La fécondité de la rencontre est véritablement divine
quand la langue avec laquelle nous parlons
est celle de l’Esprit Saint…
Et nous ne pouvons pas décider cela.
c’est l’œuvre de Dieu,
le don de Dieu, la liberté de Dieu.
« nul ne vient à moi si le Père ne l’attire » (cf. Jn 6,44 )

Notre part à nous c’est de donner notre temps,
d’aller auprès des autres
et de rester dans une disponibilité intérieure à l’Esprit Saint.
Alors le don de l’Esprit débordera
et le Royaume de Dieu fera son chemin
dans des cœurs assoiffés.

C’est cela que nous demandons en cette Pentecôte :
un don renouvelé de l’Esprit
pour sortir de notre grotte à la rencontre de Dieu
pour sortir de nos cénacles à la rencontre des autres…

© FMJ